mercredi 7 février 2018

Coaching zéro déchet

Louise, 30 ans, pétillante future maman végane, voyageuse et entrepreneuse (elle a lancé coZie, sa marque de cosmétiques aux contenants en verre consignés avec possibilité de remplissage en vrac), alimente le blog Luizzati, consacré au zéro déchet, au minimalisme et aux voyages, depuis 2015. Elle organisait une rencontre à La Recyclerie le 6 février 2018 pour tenter de coacher les bonnes volontés !

les bocaux, un bon moyen de stocker en réduisant les emballages (photo Pixabay)

Louise a commencé par nous parler du déclic qu'elle a eu à Noël 2014, se rendant compte atterrée de sa surconsommation, de l'overdose de cadeaux et des montagnes de papiers jetés, et plus généralement, de la vie matérialiste et encombrée qu'elle menait alors. Ce mode de vie ne la rendait finalement pas heureuse et elle a commencé à simplifier sa vie, tout en réduisant l'impact environnemental de sa consommation.

Elle a mis le doigt sur le zéro déchet, qui ne se limite pas à réduire au maximum sa poubelle noire non recyclable, mais consiste également à acheter sans emballage, penser recyclage, ou encore composter. Sa vie linéaire (de grande consommatrice de produits jetables et non recyclables) s'est ainsi progressivement transformée en vie circulaire, sur la base du réutilisable (des matériaux nobles et durables : bois, acier, verre, osier...).

l'économie circulaire (illustration Wikimedia Commons)


Les bénéfices qu'elle y a trouvé ? Une planète protégée (si tout le monde s'y met, on y arrivera), des économies d'argent (avec le vrac, pas de gâchis, sans compter l'occasion et le fait-maison), un gain de temps (en faisant ses courses près de chez soi chez de petits commerçants), une vie plus facile (on prend davantage soin de soi, et avec le minimalisme qui en découle souvent, on passe moins de temps à ranger et à faire le ménage), mais aussi plus saine (on utilise moins de produits toxiques, dans son alimentation, les cosmétiques, l'entretien de la maison...) et une ouverture au monde (en remettant l'humain au coeur de la vie, en consommant moins de choses matérielles et en profitant davantage de loisirs)...

Les conseils de Louise pour commencer le zéro déchet à la maison sont nombreux:
  • Tout d'abord, analyser sa consommation et ses déchets (en vidant sa poubelle), pour en comprendre ses points forts et ses points faibles, afin de les corriger ;
  • Définir pourquoi on souhaite se lancer dans cette démarche : planète, santé, économies... et se le rappeler lors de coups de mou, afin de pouvoir durer sur le long terme ;
  • S'équiper et/ou se servir d'objets réutilisables et durables :
 
la carafe en verre, un objet réutilisable et durable (photo Darwinian-medicine.com)
 
On peut ainsi remplacer :
  1. les bouteilles d'eau en plastique par une carafe en verre remplie d'eau du robinet avec filtre : des perles de céramique Les Moutons verts ou un bâton de charbon par exemple (éviter la Brita, dont le filtre n'est pas recyclable) ;
  2. les sacs plastique (dont les stocks continuent de s'écouler) par des sacs réutilisables (on peut aussi faire ses courses avec des sacs en tissu pour le vrac, le pain, les fruits et légumes), des bocaux en verre (pour le fromage, la crème fraîche...), des tupperwares en acier (pour la viande, le poisson...), une bouteille en verre (pour le vinaigre, l'huile, le sirop en vrac...) ;
  3. les éponges industrielles par un tawashi, une brosse en bois à tête remplaçable, des luffas ;
  4. le thé en sachets, le café en dosettes par une cafetière à piston ou italienne, une boule à thé ;
  5. des rasoirs jetables par un rasoir de sûreté avec lame rechargeable ;
  6. la mousse à raser par du savon de barbier ou de Marseille ;
  7. les cotons-tiges par des oriculi en acier ou en bambou ;
  8. les cotons démaquillants jetables par des carrés de coton lavables ;
  9. les brosses à dents en plastique par des brosses en bambou ou à tête remplaçable ;
  10. les tampons par une cup et les serviettes hygiéniques jetables par des lavables ;
  11. les emballages cadeaux par du tissu (furoshiki)...
 
Emballer ses cadeaux avec du tissu, c'est plus écolo ! #furoshiki (photo Wikimedia commons)

  • Eliminer les emballages à usage unique et passer au vrac de qualité (pour le pain, le fromage, les fruits et légumes, la viande...) ;
  • Passer aux cosmétiques solides, plus économiques (savon, shampoing, dentifrice, déodorant...) ou dans des contenants réutilisables ; avoir recours à la slow cosmétique (produits bruts) ou réaliser ses cosmétiques en DIY (vous trouverez 1001 recettes sur Le Monde de Delias !) ;
  • Cuisiner maison, éviter le gaspillage alimentaire et accommoder les restes, pour réduire sa quantité de déchets et être en meilleure santé (Louise recommande le livre Les épluchures de Marie Cochard et l'application Too good to go pour récupérer des invendus près de chez soi à petits prix) ;


  • Faire ses produits d'entretien soi-même avec des bases simples : vinaigre blanc, bicarbonate de soude et savon noir ;
  • Composter : chez soi avec un lombricomposteur d'appartement (qu'on place dans la cuisine ou sur le balcon), en ramenant ses déchets compostables à la Recyclerie à Paris ou encore dans les composteurs de quartier ; le compost est toujours composé d'1/3 de matière organique (épluchures, cheveux, coquilles d'oeufs, sauf peaux d'agrumes) et de 2/3 de carton (non imprimé, ou papier blanc, boîtes d'oeufs), digérés par des vers de terre ; on le remue une fois tous les 15 jours, et on récupère le compost pour ses plantes au bout de 3 mois environ ;
  • Recycler : en préservant la ressource en amont ou, si on ne trouve pas les produits sans emballages, en les choisissant de préférence en verre ou en carton, en réutilisant les emballages que l'on possède, et enfin en recyclant et triant correctement ;
  • Consommer intelligemment et durablement ;
  • Savoir dire non au superflu et oui au minimalisme ;
  • Penser à acheter en seconde main, à donner, à louer... (notamment via les applis Vinted pour les vêtements, Le Bon coin pour tout et Tale me pour les mamans et les enfants).

A l'extérieur, Louise a aussi des solutions pour vivre zéro déchet :
  • Au bureau : remplacer les gobelets par un mug, les couverts en plastique par de vrais couverts, les serviettes en papier par une en tissu, les stylos en plastique par un stylo plume ou bille rechargeable, les stabilos par des stabilos en bois ;
  • Lors de repas pris dehors, de sorties ou pique-niques : refuser les pailles en plastique et investir dans une paille en acier lavable, retourner les consignes ;
  • En voyage : ne prendre que le nécessaire et ne pas oublier son kit zéro déchet : un sac de courses réutilisable, une paille en acier, de vrais couverts, une serviette en tissu, un sac à vrac, un tupperware en acier, un bocal en verre, une gourde filtrante (la Lifestraw est paraît-il super et increvable), utiliser l'appli de blogueurs maps.me proposant des cartes du monde entier sans connexion.

Louise a bien voulu partager avec nous les bonnes adresses de Luizzati : Day by day (épiceries en vrac dans différentes villes de France), Abracada' vrac et ConsoVRAC (localisateurs de magasins et produits en vrac) et ZerowasteAPP (appli proposant des adresses zéro déchet dans le monde entier).

Nous avons terminé la soirée par un petit atelier pratique et avons fabriqué un tawashi, une éponge à vaisselle ou à ménage réalisée avec une chaussette trouée / orpheline ou un collant filé. Vive la récup' !

 
tawashi réalisé avec une chaussette orpheline (photo Delias)

Et vous, vous en êtes où dans votre démarche zéro déchet ? 
Si besoin, Louise donne d'autres rendez-vous coaching à la Recyclerie les 6 mars, 3 avril et 2 mai 2018.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Qu'en pensez-vous ? Avez-vous des questions ?